Drapeau du Cameroun fédéral - Crédit photo: drapeau-monde.com

Ce n’est pas le fédéralisme qui (me) pose problème

Depuis le début de la crise anglophone au Cameroun, on entend de plus en plus des voix s’élever pour dire que les francophones ont peur du fédéralisme. Raison pour laquelle ils se désolidarisent des revendications des activistes anglophones. Je suis incapable de dire si c’est le cas ou pas, mais sur la question, je peux tout au moins donner mon avis personnel qui n’entre pas en droite ligne de ce qui est dit. En ce qui me concerne, le fédéralisme n’est pas du tout un problème (bien que ce ne soit pas non plus une solution miracle). Mon problème est ailleurs… Lire la suite de « Ce n’est pas le fédéralisme qui (me) pose problème »

Ce que ça coûte d’être enseignant au Cameroun

Au Cameroun, on a tendance à considérer les fonctionnaires comme des privilégiés (ce qui n’est pas entièrement faux). On envie la stabilité de leur emploi, la régularité de leur paye et beaucoup d’autres avantages réels ou imaginaires. Parmi ces privilégiés figurent en bonne place les enseignants qui, selon plusieurs, sont grassement payés pour fournir un minimum d’efforts (ils auraient quelques jours de travail seulement par semaine, et trois mois de vacances payées). Ce que beaucoup d’entre nous ignorent, c’est que le métier d’enseignant au Cameroun est un vrai chemin de croix, et qu’il faut s’armer de courage et de patience pour pouvoir tenir la distance. Lire la suite de « Ce que ça coûte d’être enseignant au Cameroun »

Les journées internationales, les défilés, le folklore et tout le blabla…

Mercredi dernier, on célébrait la journée internationale DES DROITS des femmes – qui a été rapidement transformée en « Journée de la femme », puis en « Fête de la femme » au Cameroun. Et contrairement aux années antérieures, je me suis abstenu d’écrire sur cette célébration, ou même de la commenter sur les réseaux sociaux. En réalité ça fait quelques années déjà que préfère garder le silence lors de certaines célébrations décrétées par les Organisations internationales. C’est en partie à cause de la façon dont nous, Camerounais, percevons ces journées, mais ce n’est pas la seule raison de ma révolte silencieuse mon indifférence. Lire la suite de « Les journées internationales, les défilés, le folklore et tout le blabla… »

Cameroun - Photo: lebledparle.com

Francophone ou anglophone ? #MondoChallenge #Identité

« Donc ton fils est anglophone ? » C’est une question qu’on me pose parfois quand je dis à certaines personnes que mon fils fréquente le système éducatif anglophone[i]. Parfois, je me contente de répondre « oui », d’autres fois je réponds simplement qu’il est camerounais et bilingue. Mais à chaque fois, ces questions me rappellent le problème de l’identité telle que perçue par certains camerounais notamment quand il s’agit de distinguer les anglophones et les francophones. Lire la suite de « Francophone ou anglophone ? #MondoChallenge #Identité »

Wagon surchargé-Photo : Internet

Avons-nous compris la leçon ?

La semaine dernière, le Cameroun a été frappé par un drame qui a fait, selon les chiffres officiels (donc contestables), 78 morts et 597 blessés. Suite à cet accident, et tandis que certains essayaient maladroitement de se dédouaner dans les médias nationaux et internationaux, on a vu des Camerounais se soutenir. On a vu l’entraide, la solidarité envers les rescapés de cette tragédie. Pourtant, malgré toutes ces actions, cette solidarité, je me demande si nous, Camerounais, avons compris la leçon. Lire la suite de « Avons-nous compris la leçon ? »

Le médecin n’est pas un faiseur de miracles

Dernièrement, plusieurs drames survenus dans nos hôpitaux ont remis au goût du jour le rôle et parfois la compétence des médecins et du personnel soignant en général. Il faut dire qu’à chaque fois, ce sont ces derniers qui étaient indexés par les proches des victimes et désignés comme les premiers fautifs. Pourtant, les facteurs pouvant conduire au décès d’un patient sont nombreux et évitables dans la plupart des cas. Lire la suite de « Le médecin n’est pas un faiseur de miracles »

Il faut augmenter les frais de péage routier

Il y a bientôt un mois, une rumeur a circulé sur les réseaux sociaux, qui annonçait l’augmentation des frais de péage routier sur nos axes. La rumeur prétendait que lesdits frais allaient passer de 500 à 2.500 francs. Inutile de dire que les usagers n’ont pas caché leur mécontentement face à cette mesure. Le 25 septembre le ministre des finances a finalement publié un communiqué radio-presse pour démentir cette information, invitant aux usagers de la route de « continuer à vaquer sereinement à leurs occupations ». Lire la suite de « Il faut augmenter les frais de péage routier »

Enseignants en plein défilé - Crédit photo: leseptentrion.net

Et si c’était la faute aux enseignants ?

Aujourd’hui c’est le 5 octobre, journée mondiale des enseignant(e)s, une journée que les enseignants camerounais ont tôt fait de transformer en fête. Les enseignants camerounais sont fiers – ou alors devraient l’être – car ce sont eux qui ont fait des grands de ce pays ce qu’ils sont. Voilà l’excuse qui m’est brandie chaque fois que je dis à des collègues ou amis qu’il n’y a aucune raison de fêter cette journée. Lire la suite de « Et si c’était la faute aux enseignants ? »

Accident de la route - Crédit photo: lindigne.blogspot.com

La route tue, et nous aussi…

Huit morts sur la route de Bafounda dans la région de l’Ouest, treize morts dans un accident survenu à Dimako dans l’Est du pays, six morts sur l’axe Nkongsamba-Douala. Vingt-sept morts, voilà le bilan de quelques accidents survenus seulement la semaine dernière dans quelques villes du Cameroun. Combien de personnes perdent la vie chaque mois sur nos axes routiers ? Beaucoup trop. Et pourtant, on a l’impression que rien de concret n’est fait pour endiguer le phénomène. Lire la suite de « La route tue, et nous aussi… »

La route de l'émergence est longue, et non bitumée - Crédit photo: rfi.fr

Le mensonge de l’émergence « horizon 2035 »

Depuis que le président et son équipe nous ont promis que le Cameroun serait émergent en 2035, on a l’impression que tout le monde au Cameroun attend, les yeux rivés vers cette date « salvatrice ». Beaucoup d’entre nous semblent attendre que cette fameuse année arrive, pour enfin évaluer les promesses du président. Mais, a-t-on besoin d’attendre aussi longtemps pour se rendre à l’évidence ? Je ne pense pas. 2035 c’est encore très loin, mais je peux d’ores et déjà affirmer que l’émergence 2035, c’est un gros, un très gros mensonge. Lire la suite de « Le mensonge de l’émergence « horizon 2035 » »

De l'(in)efficacité du blogging

Vous ai-je déjà dit que je suis un gros paresseux ? Non ? Alors je vous le dis aujourd’hui, je suis la paresse incarnée. Tenez, ce billet par exemple, je comptais le publier le 31 août dernier à l’occasion de la journée mondiale du blog. Mais je n’ai pas pu, parce que j’avais trop la flemme de l’écrire. D’ailleurs, depuis un bon bout, j’écris de moins en moins. Ceux qui me lisent souvent sur ce blog – c’est-à-dire une poignée de potes indulgents qui s’ennuient à mourir – ont dû faire la remarque. Mais ce n’est pas à cause de ma paresse maladive. Pas seulement, du moins. Pour tout vous dire, tout a basculé le jour où je me suis franchement posé la question qui tue : quelle est l’efficacité du blogging ? Lire la suite de « De l'(in)efficacité du blogging »

Dorcas Dienda MissRDCongo

La miss, les « blancs » et nous (deuxième partie*)

Hier j’étais chez moi peinard, tout allait bien jusqu’à ce que je tombe sur un lien qu’un de mes contacts sur Facebook avait partagé. Il s’agissait d’un article de Jeune Afrique qui parlait de la bourde qu’une candidate à l’élection Miss RDC avait commise en déclarant, je cite : « Nous le savons tous, ce n’est pas un sujet tabou : l’homme blanc est plus intelligent que l’homme noir ». Lire la suite de « La miss, les « blancs » et nous (deuxième partie*) »

Pour que cessent les violences conjugales

Dans la société africaine, les violences conjugales sont un phénomène que beaucoup considèrent comme normal, au point où, quand on est témoin, ou pire, quand on est victime, on laisse faire. Au Cameroun, cette façon de penser est tellement encrée dans certaines cultures qu’il se dit que pour certaines femmes, la bastonnade est une preuve d’amour ! Selon une étude menée par le PNUD Cameroun, en 2014, 36,1% des femmes et 39% des hommes âgés entre 15 et 49 ans déclarent que le mari a le droit de frapper sa femme pour des raisons banales comme par exemple si elle se dispute avec lui, si elle brûle la nourriture, ou alors si elle sort sans le lui dire. C’est dire si le mal est profond. Lire la suite de « Pour que cessent les violences conjugales »

Eleves en classe - Crédit photo: http://ccreadcameroon.org

Les incohérences du ministre Ngalle Bibehe

Quelques mois seulement après sa nomination à la tête du ministère des enseignements secondaires Jean Ernest Ngalle Bibehe Massena fait déjà parler de lui dans les médias Camerounais. En effet, le nouveau ministre a récemment posé des actes qui montrent qu’il est déterminé à assainir le milieu éducatif camerounais que son prédécesseur avait fortement contribué à pourrir. Pourtant, je pense qu’il est nécessaire de s’arrêter un moment pour questionner la logique de certaines actions que le nouveau ministre pose. Lire la suite de « Les incohérences du ministre Ngalle Bibehe »

La guerre des langues

Le 20 mars dernier, journée internationale de la francophonie, j’ai eu un court – trop court – échange sur twitter avec la mondoblogueuse Mariam Sorelle au sujet de l’impact positif que cette organisation pouvait avoir sur les langues nationales africaines. Tout est parti d’un tweet de Mariam dans lequel elle citait Albert Lourde. Ce dernier affirmait que « La Francophonie doit aider les enfants à être formés dans leurs langues nationales avant le Français ». Abondant dans son sens, Mariam essayait de me faire comprendre que la francophonie pouvait œuvrer pour le développement des langues et de la culture de ses états membres situés en Afrique. Inutile de dire que je n’étais pas de son avis. Lire la suite de « La guerre des langues »