Coronavirus : trois gestes à éviter pour mieux se protéger

Article : Coronavirus : trois gestes à éviter pour mieux se protéger
2 avril 2020

Coronavirus : trois gestes à éviter pour mieux se protéger

Cela fait pratiquement un mois que le coronavirus a fait son entrée au Cameroun. Comme ailleurs, son arrivée s’est accompagnée d’une pluie d’informations, certaines vraies d’autres pas, sur ce qu’il fallait faire ou ne pas faire pour éviter d’être contaminé. Si la majorité de ces conseils sont judicieux, il y en a que, personnellement, je déconseille vivement car ils peuvent s’avérer dangereux.

Éviter d’utiliser son coude pour tousser ou éternuer

Parmi les gestes barrières recommandés par l’OMS et les spécialistes de la santé, il est conseillé de tousser dans le creux de son coude. Le but, c’est d’éviter de se souiller les mains qui pourraient ensuite transmettre le virus si l’on touche par mégarde sa bouche, ses yeux ou son nez. Le but est aussi de protéger les autres autour de soi des postillons et minuscules gouttes de sécrétions émises quand on tousse ou quand on éternue, car ce sont ses gouttes qui transmettent le virus.

C’est vrai. Cependant, si ce geste peut éviter qu’on soit infecté, il peut également faciliter l’infection d’autres personnes. N’oublions pas que, dans les mêmes recommandations il nous est demandé d’éviter les poignées de main. Ce qui est salutaire. Le problème, c’est que la poignée de main a été remplacée par… la salutation avec le coude !

Démonstration de la salutation anti-coronavirus

Maintenant imaginons qu’on a éternué dans son coude, et que la seconde d’après on échange une salutation avec un ami. Sachant que le virus survit jusqu’à 12 heures sur le tissu, le contact entre les deux coudes peut également être un échange de virus. Et si l’une des deux personnes éternue dans son coude par la suite, il pourrait être infecté.

Personnellement, je recommande d’éternuer dans un mouchoir à usage unique et le jeter immédiatement après dans une poubelle fermée.

Éviter de mettre des gants en plastique ou en latex

C’est une tendance que j’ai observée ces derniers jours dans certaines villes du Cameroun. Des personnes qui se baladent en pleine ville avec masques et gants. Si le but de la manœuvre est de se protéger, il n’en demeure pas moins vrai que le résultat obtenu soit l’inverse de ce qui est attendu.

Selon une étude menée par l’Institut américain de recherche sur les allergies et maladies infectieuses, lorsqu’il est sur du plastique, le coronavirus peut survivre pendant au moins 2 ou 3 jours. C’est donc une très mauvaise idée de se pavaner toute la journée avec une même paire de gants qui, au courant de la journée, sert également à manipuler les billets de banque (sur lesquels le virus peut survivre jusqu’à 5 jours selon la même étude).

Durée de vie du coronavirus en fonction des surfaces – Source : passeportsante.net

Cette habitude ayant été observée en majorité chez les commerçants, on peut conclure que les risques d’infection sont énormes autant pour eux que pour leurs clients avec qui ils échangent non seulement de l’argent mais aussi des marchandises. Le meilleur conseil ici, à mon avis, reste de se laver très régulièrement les mains avec du savons pendant au moins 30 secondes, ou alors de les désinfecter avec un gel hydroalcoolique.

Faire très attention à la manipulation des masques chirurgicaux

Plusieurs personnes, pour sortir de chez elles, prennent la peine de se protéger le nez et la bouche derrière un masque chirurgical. Les avis divergent sur l’utilité de ces masques, cependant on ne peut reprocher à personne de prendre des mesures pour assurer sa sécurité. D’ailleurs, dans une récente sortie, le ministre de la santé recommandait encore à tout un chacun de « se couvrir la bouche et le nez en sortant.  »

Devant l’augmentation rapide du nombre contaminations le ministre de la santé recommande l’usage des masques

D’où vient donc le danger ? Eh bien, une étude menée par des universitaires de Hong Kong a révélé que « Le virus infectieux peut encore être détecté sur la couche extérieure d’un masque chirurgical le 7ème jour ». En d’autres termes, ces masques bien qu’ils nous protègent du virus, peuvent s’avérer très dangereux à la manipulation.

Il est donc indispensable de manipuler les masques chirurgicaux avec un maximum de prudence, car même longtemps après, ils peuvent s’avérer être source de contamination si on ne fait pas attention. Est-il besoin de rappeler que les mains devraient être lavées après avoir manipulé des masques chirurgicaux ?


Cet article est écrit dans le cadre de la campagne lancée par les blogueurs du Cameroun pour sensibiliser sur la pandémie qui gagne du terrain au fil des jours. Retrouvez les autres articles de la campagne en suivant le hashtag #BloggersVsCovid19 sur Twitter.

Partagez

Commentaires