Non mesdames, ce n’est pas une fête !

Article : Non mesdames, ce n’est pas une fête !
7 mars 2015

Non mesdames, ce n’est pas une fête !

Alors qu’on avance dangereusement – je dis bien dangereusement – vers la date du 8 mars, je me demande ce que les femmes vont encore nous sortir cette année. Oui, car je dois vous dire qu’elles nous ont déjà tout montré, celles-là. Tenez, mardi dernier une femme qui essayait de voler un kaba du 8 mars a échappé de justesse à la justice populaire au marché Acacia à Yaoundé (c’est sa victime qui l’a sauvée en la cachant dans sa boutique). Jusqu’aujourd’hui, beaucoup de femmes perçoivent encore la célébration de la journée internationale de la femme comme l’occasion de fêter, de se laisser aller à certains débordements qu’elles reprochent aux hommes la plupart du temps.

La fête du pagne

Quand on parle de 8 mars, dans la tête de nombre de Camerounaises, il s’agit avant tout de pagne. Pour une Camerounaise, la réussite de la célébration de la journée internationale de la femme dépend en grande partie de sa possession ou pas d’une tenue cousue avec le fameux pagne. Posez-leur la question en route, dans les marchés, dans les bureaux, ou bien partout ailleurs où vous les trouverez. Elles vous le diront, le pagne ; le pagne avant tout. Celles qui n’ont pas de pagne se sentent diminuées, moins femmes que les autres.

On reconnaît les vraies femmes à leurs pagnes - Crédit photo: fryou-tables-cuisine-jardin.blogspot.com
On reconnaît les vraies femmes à leurs pagnes – Crédit photo: fryou-tables-cuisine-jardin.blogspot.com

En réalité, le port du pagne n’est pas une mauvaise chose en soi. Ce qui dérange, c’est que le pagne semble plus focaliser l’attention des dames qu’autre chose. Pourtant, il y a des moments où j’aimerais bien que ces dernières n’aient que le pagne en tête. Car elles ont une autre obsession : les hommes.

Tout faire comme les hommes

Ces jours-ci sur les ondes, il n’est pas rare d’entendre les femmes dire, comme s’il s’agissait d’une découverte qu’elles font tous les 8 mars, que ce qu’un homme peut faire, elle peut le faire mieux que lui. Je ne sais pas si je pourrai un jour comprendre cette fixation que les femmes font sur les hommes. Ce qu’elles oublient c’est que les femmes et les hommes ont des problèmes différents, et que ce n’est pas en voulant singer les hommes qu’elles résoudront les leurs.

On n’a jamais vu un petit garçon être excisé ou bien envoyé en mariage à 8 ou 10 ans. En revanche, une petite fille aura beau essayer de pisser debout, elle courra le risque d’être excisée ou bien mariée trop tôt – dans certaines régions du monde, bien entendu.

Crédit phoot: Cameroun24.net
Le paradoxe des femmes – Crédit photo: Cameroun24.net

Je demeure convaincu que les femmes en font plus que les hommes. Et je continue à penser qu’elles devraient se battre pour améliorer leurs conditions de vie, pour avoir des salaires qui correspondent au travail qu’elles abattent (sans le comparer à celui des hommes), pour avoir accès à l’éducation (sans vouloir le faire parce que les garçons le font).

À toujours vouloir faire comme les hommes, chères femmes, vous donnez l’impression que l’homme est votre plafond, et que s’il n’existait pas, vous ne pourriez rien faire de vous-mêmes. Quand vous réclamez le même salaire que l’homme, au lieu de réclamer un salaire qui équivaut à la tâche que vous accomplissez, vous donnez l’impression de ne vous définir qu’en fonction des hommes.

Ce n’est pas une fête !

Une journée internationale n’est pas une fête. Certaines femmes semblent l’oublier. C’est une journée qui devrait symboliser les efforts qui ont été faits par la gent féminine pour améliorer les conditions de vie de celles d’entres elles qui subissent encore certaines injustices dans certaines zones du monde.

Le 8 mars devrait être le jour où les femmes réfléchissent à des projets qui permettront aux jeunes filles de s’instruire. C’est ce jour-là que les dames devraient prendre des initiatives, des engagements pour défendre bec et ongles leurs filles qu’on donne en mariage trop tôt. Le 8 mars devrait être la journée qui permet aux femmes de réfléchir sur leur bien-être, et prendre des résolutions dans ce sens.

Le genre de spéctacle, que je n'espère pas voir cette année - Crédit photo: koaci.com
Ce à quoi elles nous ont habitué depuis plusieurs années – Crédit photo: koaci.com

Cette année, j’attends, j’espère. Mais j’ai le sentiment que, cette année encore, elles voudront imiter les hommes. J’ai bien peur que cette année encore, leur fête se limite à défiler et à boire des bières jusqu’à n’en plus pouvoir – comme les hommes. J’ai le sentiment que demain, le dehors sera plein de pagnes du 8 mars, les bars remplis, les bouteilles vidées. Et je prévois déjà que dès le 9 mars, les choses continueront comme avant, comme si de rien n’était, en attendant la prochaine « fête » du 8 mars.

Partagez

Commentaires

Jean Hubert Bondo
Répondre

Fantastique ton billet ! Ton style me rappelle Mongo Beti.

Viens voir chez nous : c'est la guerre des pagnes. Les femmes au lieu de réclamer les salaires de février encore impayés jusqu'à aujourd'hui, elles réclament plutôt les pagnes. Elles se dévorent littéralement pour les pagnes...

Fotso Fonkam
Répondre

Je crois que les femmes chez nous n'ont pas encore saisi l'importance de cette célébration.

Merci pour le compliment, je crois que c'est le meilleur que l'on m'aie fait jusqu'ici. Je suis flatté.

Rocio Ávila
Répondre

belles idées!

Fotso Fonkam
Répondre

Merci, Rocio. Je suis d'autant plus soulagé que c'est une femme qui trouve mes idées bonnes.

J'ai failli te souhaiter bonne fête, alors que ce n'est pas une fête...

Porte-toi bien.

Mathy
Répondre

Très beau billet et je d'accorise totalement!!! (y)

Fotso Fonkam
Répondre

Merci, Mathy. J'aime les commentaires de femmes qui d'accorisent ;)

kengne fonkam lynda
Répondre

cool ce message est très pertinent.
j'aime bien
seulement combien de femmes le comprendrons?

Fotso Fonkam
Répondre

Merci.
Combien de femmes comprendront? Jusqu'ici je n'ai reçu que des commentaires positifs de femmes, donc tout espoir n'est pas perdu...

Guillaume
Répondre

C'est une analyse pertinente qui se dégage de ces lignes. Chapeau, cher ami ! =D

Fotso Fonkam
Répondre

Merci Guillaume.

Guy Muyembe
Répondre

lol! Tu ne leur fais pas de cadeau

Fotso Fonkam
Répondre

Ah non, aucun cadeau, Guy. J'essaie de leur parler franchement, sans langue de bois. Il y a trop de folklore autour de cette célébration depuis tant d'années, tant d'énergies gaspillées à festoyer ! Il n'y a aucun cadeau à leur faire, si oui, leur parler franchement. Merci d'être passé par ici.

renaudoss
Répondre

Excellent oui... j'aime à penser que ce ne sera pas un voeu pieux... mais si, ce sera un voeu pieux. L'an prochain peut-être

Fotso Fonkam
Répondre

Après ce que j'ai vu hier à Yaoundé, même l'an prochain c'est improbable, Renaud. Cette année, c'était la routine: les pagnes partout dans la ville, même tard la nuit, les bars et les snacks remplis... Bon, croisons les doigts et attendons.

Intheeyesofleyopar
Répondre

Je suis d'accord avec toi... très bel article

Fotso Fonkam
Répondre

Merci ma personne.

I Rep Camer
Répondre

Ce n'est pas une fete? Oui et Non. Yes because you can't commemorate a day dedicated to women without some form of celebration. No because it is a reminder about how much still needs to be done. On that note, society please cut women some slack
https://irepcamer.blogspot.com/2015/03/yms-mt-r-makeithappen-society-please.html
Yefon

Fotso Fonkam
Répondre

Hello, Yefon

Is the day dedicated to women or to their rights? That is the question. And I think we must look at the reasons of the creation of that day. It has nothnig to do with feast. I agree with you, we must celebrate, but celebration does not entail party, beer and all the rest.

rimamoubayed
Répondre

Beaux conseils. Approche pertinente.

rimamoubayed
Répondre

Je pense sincèrement que tout ce que vous écrivez pourrait contribuer à "changer les mentalités". Encore bravo

Fotso Fonkam
Répondre

Merci, Rima.
ça me fait doublement plaisir de savoir que les femmes sont d'accord avec ma vision des choses - surtout en ce qui concerne cette "fête". Espérons que les mentalités changeront bien assez tôt.
Merci encore pour le commentaire.

Ecclésiaste Deudjui
Répondre

je d'accorise Will.Sauf que l'année prochaine, et pour 50 ans encore, ce sera toujours les mêmes-mêmes choses...

Fotso Fonkam
Répondre

Hahaha plus optimiste que toi, on meurt!

Non, j'ai bon espoir. Les tours que j'ai fait sur les blogs de femmes montrent à suffisance que les choses évoluent dans le bon sens.

Intheeyesofleyopar
Répondre

Moi ami je dis hin tu donnes pas le pagne ?

Tanguy
Répondre

Deux ans et pas une ride, ce billet me rappelle mon 8 mars 2015 en RDC où, pendant qu'à l'Est, certaines subissaient les pires violences, d'autres, à Kin, prenaient la journée pour un défilé.

«He for She», c'est aussi à nous de faire changer les mentalités et tu le fais admirablement.

Fotso Fonkam
Répondre

Merci ! Ils serait bénéfique que la perception de ces journée soit revue par nos sœurs et par nous

Alexandra Tchuileu
Répondre

Comme tu peux l'imaginer, je partage absolument cette analyse et ces constats. Je me suis arrachgmée les cheveux à rappeler ce matin encore (3 ans plus tard) à plusieurs hommes que ce n'est pas une fête. Vite fait, j'ai été logée à l'enseigne d'une vraie REBELLE. C'est dommage qu'on ne focalise pas assez sur les projets qui peuvent aider à avancer. Pas seulement les femmes entre elles mais la société entière. Y a tant à faire...