Crédit photo: cameroun24.net

Après Biya, ce sera Biya (si on n’y prend garde)

Cela fait plusieurs mois déjà qu’au Cameroun des voix s’élèvent, exigeant le départ de Paul Biya, président à vie du Cameroun. C’est d’ailleurs le cas un peu partout en Afrique. Que ce soit au Togo, en RDC ou au Burundi le peuple semble fatigué de la misère dans laquelle il vit. C’est pour cela que, ici et là, on recherche meilleur moyen – les urnes pour les uns, la rue pour les autres – pour chasser ces tyrans de la tête de l’État. Pourtant, je pense que, quelque soit la méthode utilisée, si on ne fait pas attention, ce sera Paul Biya qui succèdera à Paul Biya. Lire la suite de « Après Biya, ce sera Biya (si on n’y prend garde) »

Revolution au Burkina Faso - Photo chipée su facebook

J’accuse le peuple camerounais !

Les 30 et 31 octobre derniers, le peuple burkinabé, comme un seul homme, se soulevait contre une dictature qui durait depuis « seulement » 27 ans. Au Cameroun, on a parlé, polémiqué, menacé le régime en place. Des gens cachés derrière leurs ordinateurs en Europe et en Amérique ont organisé des manifestations et des marches de protestation auxquelles ils n’allaient jamais pointer le bout de leur nez. « Le 06 novembre » disaient-ils, « nous allons manifester à la poste pour dénoncer le régime de Paul Biya ! Sa dictature a assez duré. »

Vous voulez manifester contre la dictature de Paul Biya ? Laissez-moi rire. Si cette « dictature » a pu fêter son 32ème anniversaire ce 06 novembre, c’est bien notre faute à tous. Oui, le peuple camerounais est coupable. J’accuse le peuple camerounais ! Lire la suite de « J’accuse le peuple camerounais ! »

Sacrifice du mouton - Crédit photo : rfi.fr

On n’a pas attendu la Tabaski pour conduire nos moutons à l’abattoir

Demain, c’est un grand jour pour les musulmans du Cameroun et du monde entier : c’est la fête du mouton, la fameuse Aïd El Kebir, fête du sacrifice. L’histoire parle d’Abraham (ou Ibrahim), fidèle serviteur de Dieu (ou d’Allah), qui était prêt à sacrifier son fils unique pour obéir à Dieu. Il n’y a pas meilleure preuve de confiance. Cet Abraham, c’est un vrai exemple, un modèle. Combien d’entre nous seraient prêts à égorger leurs enfants, sur la simple base d’un rêve ? Un modèle, je vous dis. D’ailleurs, je pense qu’il a inspiré beaucoup de personnes ici, au Cameroun. Sauf que leurs moutons, c’est leurs enfants, c’est la jeunesse, c’est le pays.

Lire la suite de « On n’a pas attendu la Tabaski pour conduire nos moutons à l’abattoir »