Les casques bleus, la force armée de l'ONU - Crédit photo: un.org

Si l’hypocrisie tuait, l’ONU ne serait plus

Dans une correspondance adressée à l’État camerounais le 31 décembre 2014, le chef du bureau de l’ONU pour l’Afrique centrale adressait ses félicitations à l’armée camerounaise pour sa bravoure dans la bataille qu’elle livre à Boko Haram depuis quelques temps déjà. Ici chez nous, on a bombé les poitrines, trop fiers pour voir que cette correspondance n’avait rien de sincère. Lire la suite de « Si l’hypocrisie tuait, l’ONU ne serait plus »

La paix du Cameroun, c’est dans la tête

Une fois, quand j’étais encore à  Maroua, un pote et moi avions « soif de la bière », comme on dit ici – il faut toujours préciser l’objet de la soif, pour éviter les confusions. Mais nous, on voulait la bière qui transpire – entendez « glacée ». Malheureusement, ce soir là, l’ancêtre d’Enéo (AES Sonel) avait fait ce qu’il savait faire de mieux. Conséquence, pas de lumière à Maroua. Après avoir flâné dans la ville, nous sommes tombés sur un bar qui avait un groupe électrogène. Nous espérions vraiment y trouver de la bonne bière bien fraîche. Cependant, là-bas non plus, la bière n’était pas fraîche. Résolu à ne pas rentrer la gorge sèche, mon pote prit une bière, pour voir si c’était quand même buvable. Il la vida d’un trait et dit : « La bière-ci est fraîche, dis donc. C’est dans la tête. » Lire la suite de « La paix du Cameroun, c’est dans la tête »

Accident de la route - Crédit photo: lindigne.blogspot.com

Des « Boko Haram » plus dangereux que ceux qu’on combat aux frontières

Cela fait déjà plus d’un an et demi que le Cameroun est aux prises avec les membres de la secte islamique Boko Haram (le premier enlèvement attribué à Boko Haram au Cameroun remonte à février 2013). Ces derniers multiplient des incursions dans notre territoire, détruisant, égorgeant, bombardant sur leur passage – avec notre aide. Ennemis du Cameroun, ils mettent tout en œuvre pour que la population se sente en insécurité totale. Actuellement, l’attention de tous les Camerounais est focalisée sur l’Extrême-nord du pays où l’armée essaie tant bien que mal de repousser les attaques de plus en plus récurrentes des assaillants. Mais vous savez, la peur, l’insécurité, la mort ne nous sont pas réellement étrangères : bien avant l’arrivée de Boko Haram au Cameroun, nous vivions déjà sous la domination de quelques « Boko Haram » d’un autre genre. Lire la suite de « Des « Boko Haram » plus dangereux que ceux qu’on combat aux frontières »