Mondoblog-Formation-Dakar-2015 - Crédit photo: Djifa

Quatre choses que j’ai apprises sur les Camerounais pendant la mondoformation

Du 28 novembre au 6 décembre derniers, j’ai eu la chance de faire partie des mondoblogueurs invités à se retrouver à Dakar dans le cadre de la formation Mondoblog. Nous étions 70 blogueurs de 24 nationalités différentes, et pour la plupart d’entre nous, c’était le premier contact avec des africains d’autres horizons. À Dakar, j’ai appris des autres cultures, mais j’ai aussi appris beaucoup sur nous, les Camerounais. Voici quatre choses que j’ai apprises au sujet du Camerounais.

Le Camerounais a un accent (je vous jure que c’est vrai)!

Oui, vous avez bien lu, chers compatriotes. Nous avons un accent. Et je ne parle pas des accents régionaux que nous seuls savons détecter et qui permettent parfois d’identifier la région d’origine d’un individu juste en l’écoutant. Non. Je parle bien de l’accent du Français camerounais.

Il a fallu que, pendant deux jours, je voie Renaud rire aux larmes chaque fois que je parlais pour que je prenne ses déclarations (que j’avais toujours balayées d’un revers de la main) au sérieux ! Et j’ai dû me rendre à l’évidence que ce que je considérais comme étant l’accent chez les autres, en fait était pour eux la façon normale de parler. Il s’est bien marré, le Renaud. Et beaucoup d’autres avec lui!

Le camerounais parle toujours fort (surtout quand il a une bière à portée de main)

Cette remarque, c’est Guillaume qui l’a faite. Et c’est immédiatement apparu limpide à mes yeux: il avait raison. Je me suis rendu compte en réfléchissant que, chaque fois qu’il y avait un sujet à débattre chez la Congolaise (un bar dans lequel on a passé presque autant de temps qu’à l’AUF où on prenait nos cours), quand un Camerounais prenait la parole c’était toujours avec le volume au maximum. Pire encore, si deux Camerounais n’étaient pas du même avis, bonjour les décibels.

J’ai également pu vérifier cette information à l’auberge où nous logions, et dont la tenancière ne supportait pas le bruit (ce n’était pas la politique de la maison, disait-elle). À Thialy donc, chaque fois que le grand frère Tchakounte Kemayou prenait la parole, on était sûrs de voir débarquer Mama Thialy pour nous demander de la fermer. Vrai, les camerounais parlent trop fort!

Le Camerounais ne s’habille pas assez africain (surtout quand il se met sur son 31)

Pendant tout le temps qu’à duré la formation à Dakar, le constat que j’ai fait c’est que les Camerounais étaient parmi les moins authentiques dans leur vestimentaire. Généralement, c’était des jeans, chemises ou t-shirts… Très peu de boubous ou d’habits en tissus pagne.

Et sur ce chapitre togolais et béninois étaient en tête de course: il était rare de les voir sans du pagne sur eux. D’ailleurs même en terme de chaussures, la plupart du temps c’était des babouches, sandales, des trucs africains, quoi. Quand je vais encore dire que l’exemple vient de Lomé on va dire que j’aime trop le Togo.

Mais le Camerounais est quand même généreux (surtout quand il s’agit de payer à boire à ses potes)

Arrivé à Dakar j’ai remarqué que certains frères fonctionnaient différemment de nous autres du 237. Chaque fois qu’on allait chez la Congolaise, c’est-à-dire quasiment chaque soir après les cours, quel que soit celui qui proposait d’aller à la chasse aux Gazelles, quand la facture venait on se la partageait en fonction du nombre de gibiers abattus par chacun.

Ce n’est pas comme ça chez nous. Si le Camerounais te dit, allons boire une bière, ça signifie qu’il te prend en charge de la première à la dernière. Parfois tu peux même venir avec un pote ou bien une go, le gars vous gère tous avec joie. On n’est pas aussi chiches que le disait Deudjui, en fin de compte…

30 commentaires sur “Quatre choses que j’ai apprises sur les Camerounais pendant la mondoformation

  1. Hummm…. pour la quatrième partie, il fallait donc payer pour tous tous les soirs pour la rendre vraie hein lol.
    Et puis il y a une 5è chose hein, c’est affaire de « Afrique en miniature » là : voilà que vous ne vous habillez pas africain même (cf 3è chose)
    Bon maintenant que tu n’as ni payé la bière pour et que moi aussi je n’ai ni payé pour toi, on se donne rendez-vous à Douala ou à Ydé ou à Mbalmayo pour gérer tout ça… 😀
    Beau billet en tout cas mon frère mais comme d’hab chez moi faut que j’égratigne pour bien être moi quoi

  2. A propos de l’accent camerounais ca me surprend un peu j’étai convaincu qu’on n’en avait pas. Si tu as pu le vérifier ok mais pr les autres remarques bien sur c du 237

          1. Un peu moins prononcé ? Hum. Je crois qu’il faut que je fréquente beaucoup plus les autres nationalités… Heureusement que notre « accent » (les guillemets c’est parce que je peine à croire que nous avons un accent) te plait…

  3. au delà des accents régionaux nous avons un accent pour sur. La spécificité de notre langage fait aussi l’objet de bien des débats. je wanda, wadjo, ça ne donne pas le lait.

    Ce sur quoi je voulais te répondre c’est les décibels. Walay le camer parlent fort yeuch avec une amie on aimaient souvent dire si t’es dans une immeuble au rez de chaussée et que tu attends des gens beugler a tous les coups ils sont soient camer soient gabs

    1. Vrai aussi pour la spécificité de notre langage. Mais il semble que les mondoblogueurs Camerounais ne parlaient pas trop le langage du kwat…

      Pour les décibels, dès que la remarque m’a été faite, j’ai commencé à me contrôler (ce n’était pas facile, j’avoue). Et aussi, j’ai omis de dire que la seule fois où Papa Thialy – lui qui était toujours joyeux et blagueur – s’est fâché avec nous à cause du boucan qu’on faisait, les coupables étaient justement le Camerounais Tchakounté Kémayou et le Gabonais Jeff Ikapi. Ceci explique cela.

  4. Dis ce que tu veux, on n’a pas l’accent… En tout cas c’est clairement moins marqué que chez les autres!
    Pour le 4e point je confirme… Ailleurs quand on t’invite fais attention, si tu n’as pas l’argent mieux tu demandes « qui paie » sinon la surprise peut te surprendre…

    1. Justement, garde en tête que si tu l’invites, ou si tu émets l’idée de boire une, c’est toi qui t’en occupe. Si c’est lui, il gère. Maintenant, demande-toi s’il était à Dakar en novembre, c’est possible qu’il aie appris des amis Togolais, Béninois, Burundais, Belges, Angolais etc, que la facture ça se partage…

  5. Évidemment mon cher Will. Le Camerounais a ses particularités. Nous sommes si singuliers que c’est vraiment rare que nous passions inaperçus quelque part. C’est ça qui nous distingue. Je suis fièr de l’être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *