Sa majesté Paul Biya, roi du Cameroun - Crédit photo: prc.cm

Tout ce que le Roi fait est bon, vive le Roi !

Il y a quelques temps, le Roi Lion a perdu sa belle-mère. Cet évènement malheureux a suscité tellement de débats et de commentaires, que je me suis dit que j’allais m’abstenir d’en parler. Aujourd’hui, après quelques jours de résistance, je me décide enfin à en faire mention dans ce billet. J’en parle finalement, parce que je suis un peu écœuré par la réaction des grands intellectuels camerounais face aux décisions que le président prend. Ces derniers, je ne sais pour quelle raison, mettent tout leur génie à contribution pour essayer de justifier et expliquer ce que le président fait. Même quand ça saute aux yeux que la décision est vraiment discutable.

En 2008, alors que la constitution interdisait au président en exercice de briguer un nouveau mandat, notre bon roi décida de revoir la constitution de façon à annuler la limitation des mandats. Tandis que le bas peuple criait au scandale, les bons sujets envahissaient les chaînes de radio et de télévision pour déclarer qu’il n’y avait pas meilleure preuve de démocratie que de laisser le peuple décider de qui allait être son guide. « C’est le peuple qui demande à Paul Biya de se représenter », disaient-ils sur les antennes. « Si ce n’est pas la décision du peuple, le peuple n’a qu’à ne pas voter pour le seul bon choix. » Certains sont allés jusqu’à prendre exemple sur la Grande Bretagne qui a pourtant un régime différent du notre !

Il y a quelques semaines, on annonçait sur les media que notre monarque adoré était le cinquième chef d’état le plus riche en Afrique. Et les tchindas* sont montés au créneau, démentant l’information sur la seule base que Forbes a déclaré n’avoir rien publié à ce sujet. Oui, Forbes n’a rien publié. Mais est-ce une preuve suffisante pour contester le classement effectué par le site richestlifestyle.com ? Pourtant, une loi au Cameroun oblige les candidats aux élections à déclarer leurs biens avant les scrutins. Mais le roi, depuis qu’il se présente aux élections présidentielles, ne l’a jamais fait.

Puis, il y a eu cette fameuse conférence parlementaire du Commonwealth organisée ce 06 octobre à Yaoundé et pendant laquelle le Roi des rois a fait un discours en français, devant une assemblée constituée en majorité de personnes qui ne pigent pas un seul mot du français. On a tous été wanda** ici au pays ; sauf les sabitou*** qui ont défendu bec et ongles cette action d’éclat du Lion. Je les entendais raconter sur les ondes que le président a voulu rappeler le caractère bilingue de notre pays aux pays membres du Commonwealth, qu’il aurait pu s’exprimer en anglais, mais ne le voulait pas – mon œil, oui.

En début de ce billet, je parlais du deuil de la belle-mère du président, Madame Mboutchouang Rosette, qui a suscité tellement d’interrogations au sujet du lieu d’inhumation. En effet, la tradition voudrait qu’une femme mariée soit enterrée dans le village de son mari. On s’attendait donc à ce que cette dame repose à Badenkop, village de M. Mboutchouang, son époux. Mais le roi en a décidé autrement, programmant l’enterrement à Mvomeka’a, son propre village à lui, le village royal.

La dépouille de Madame Rosette Mboutchouang - Crédit photo: africapresse.com
La famille royale endeuillée – Crédit photo: africapresse.com

Et les gens on jasé, bavardé, crié… Mais les sapeurs pompiers se sont encore montrés, tentant d’expliquer des choses qui n’existent que dans leurs cerveaux. Ils ont essayé de nous faire croire que M. Mboutchueng n’aurait peut-être pas doté sa femme, raison pour laquelle elle ne peut être enterrée chez lui. Puis ils ont sorti des lois de la tradition jusqu’ici inconnues fixant que le mariage n’existe pas tant qu’il n’y a pas d’enfant, preuve que Mme Mboutchouang n’était pas en réalité Madame Mboutchouang (puisqu’elle n’a pas d’enfant avec M. Mboutchouang). Ils ont dit plein d’autres choses, allant jusqu’à féliciter le roi, pour sa sagesse et son respect des traditions africaines.

Voilà donc notre Cameroun, celui où on donne toujours raison au roi, celui où le roi est au-dessus de la loi et au-dessus de la tradition, le Cameroun où les intellectuels sont des griots qui ont pour seul objectif de justifier tous les actes du souverain.

*Tchinda : C’est un sbire, un esclave au service du roi dans les chefferies bamiléké à l’Ouest du Cameroun.

**Wanda : ‘étonné’, en camfranglais.

***Sabitou : Terme péjoratif qui désigne quelqu’un qui croit tout savoir alors qu’en réalité il est ignorant.

13 commentaires sur “Tout ce que le Roi fait est bon, vive le Roi !

  1. Comme disait Boudor, les pet pet du roi ne sente pas mauvais, dc petit écolier si tu veux aller en classe sup grâce à la promotion collective, tu as intérêt d’applaudir pr l roi

  2. La vérité vient d’en haut, la rumeur d’en bas. Il suffit juste que le roi tousse pour qu’on lui fasse une motion de soutien et de remerciement. Mais, chaque classe sociale ou politique a ses intellectuels « organiques » qui servent ses intérêts en présentant ses actions comme légitimes de ce point de vue là.

  3. Pourtant un aphorisme populaire dit « qui aime bien châtie bien ». Le roi devrait se méfier de ceux qui l’entoure. Finalement c’est peut-être vous, y compris toi Willfonkam, qui VOUS EXPRIMEZ, qu’il devrait écouter 🙂

  4. Will, si cest vrai que c souvent exagéré faut aussi souvent recadrer les multinationales a but inavoué qui viennent troubler le Cameroun. Juste le fait que Forbes Afrique décline la paternité d’une info publiée sur son site est assez compromettant pour la crédibilité de l’information donnée. Autre chose ce sont les critères de classification tous non crédibles. Mais surtout quel était le but recherché. J’aurais défendu le président cad l’institution dans ce cas la. Concernant l’article 66 de la constitution qui contraint les personnalités à déclarer leur biens avant et apres il faut dire ke les lois deviennent effectives au cameroun après promulgation ce ki malheureusemnt n’est pas encore le cas. A qui la faute on peut epiloguer dessus mais en l’état actuelle c pas encore une loi applicable. C peut-être regrettable que la premiere chose à passer en application dans la constitution du 16 janvier 96 fut le passage du mandat présidentiel de 5 a 7 ans. il faut se rappeler que malgre le fait que les discussion ont commencé en 2008 c est en 2011 que la constitution a été amendée. Ce qui pose le problème du rôle dans la société civil et de l’opposition. Dans tous les régimes au monde le parti au pouvoir a des tchinda ou des sbires qui expliquent la pensée du president et si nya pas de contrepoids c pas la faute au president. La conquete et le maintien du pouvoir c cela la politique. Cest pas la charite désolé pour ceux qui attendent qu’on leur remette le pouvoir.

    1. Le communiqué de Forbes ne démentait pas le classement, Forbes soulignait juste qu’il n’a jamais publié un tel classement. Et en même temps, il demandait au site cameroon-info.net de supprimer l’article dans lequel in était écrit que l’information provient de Forbes. Cela ne signifie nullement que l’information publiée par le site richestlifestyle.com (qui n’a pas cité Forbes comme sa source) est fausse, car Forbes n’a pas le monopole des classements ou bien de la vérité.
      Je suis étonné que tu dise que ce n’est pas la faute du président s’il n’y a pas de contrepoids à ses griots. Je suis vraiment étonné, car tu sembles trouver normal que des intellectuels disent à la télé qu’ils sont tous des créatures du président ! Tu sembles dire que c’est de leur propre chef que les présidents de partis d’opposition défendent le président qu’ils combattaient quelques années auparavant. Non, la politique mise en oeuvre par le régime en place contraint ces derniers à le faire. Ne parle pas comme ceux qui disent que le président gouverne bien mais que c’est son entourage qui n’exécute pas ses instructions…

  5. Non non tu m’a mal compris. Et puis cite un seul pays au monde où le changement se fait sans le bousculement de ligne. la politique est toujours favorable aux personnes au pouvoir. Il revient à l’opposition ou ce kil en reste de créer le contre-poids. A défaut la société civile doit s’organiser pour prendre le relais. Ou alors la population le fait et cas extrême l’armée intervient. il n’y a pas de magie. Mon problème avec richestyle.com c’est juste de savoir quel est leur intérêt à publier une telle information. Quelle est l’opportunité de le faire. Pour la créature je pense qu’il faut remettre les chose dans leur contexte et dire exactement ce que le prof Jacques Fame Ndongo , par ailleurs ministre de l’enseignement supérieur nommé par le président Paul Biya, avait dit je le cite « Sur le plan biologique je suis l’enfant de ma mère, sur le plan métaphysque je suis une créature de Dieu, seulement il faut le reconnaître sur le plan Politique nous sommes tous les créatures de Paul Biya. » En se sens il a raison puisque c’est Paul Biya qui fait et défait les carrières politiques au Cameroun. Apres nomination, même les opposants son ses créatures puisque tous sont les émanation de UNC devenu RDPC.

    1. La transition politique est tellement simple, dit comme cela. Tu parles de théorie là, je crois. En pratique, c’est autre chose. Regarde le printemps Arabe: tandis que dans certains pays le président s’enfuyait ou bien abdiquait sans faire de problèmes, dans d’autres l’armée était obligée d’intervenir. Rien n’est aussi simple que tu sembles le penser.
      Quelles que soient les motivations du site richestlifestyle.com, ça ne change rien au fait que si le classement est vrai (et il y a beaucoup de chances que ce soit le cas), ça signifie que le chef de l’état s’enrichit illicitement sur le dos des pauvres citoyens qui croupissent dans la misère – On comprend d’ou proviennent les sous pour payer ses longs séjours en Suisse !
      Tu sais, tu m’étonnes de plus en plus, quand tu essaies de justifier l’injustifiable. Je parle de la déclaration du Pr. Jacques Fame Ndongo que tu juges de raisonnable. Parce que tu veux insinuer que tous les membres d’un gouvernement doivent suivre les politiques dictées par le président. Je me demande si c’est le cas en France, ou bien aux USA. Si ce n’est pas le cas, d’où vient-il donc que la nomination devient un « certificat de paternité »? Si tous émanent de l’UNC devenu, pourquoi mènent-ils des combats différents?
      Penses-tu réellement que Paul Biya fait et défait les carrières politiques au Cameroun? Parce que je pense à certains comme John Fru Ndi, Joshua Osih, Kah Wallah, Anicet Ekane et plein d’autres, qui ont des parcours politiques respectables, sans toutefois jouer au jeu du RDPC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *