Les ordinateurs portables, bientôt obsolètes?

Ce matin, alors que j’essayais de créer une page Contact dans ce blog, je me suis rendu compte que je ne savais pas quelle était l’URL de certains de mes comptes sur certains réseaux sociaux. Étonnant, non ? Pourtant, c’est vrai. La raison, cependant, est très simple : toutes mes interactions sur le net, ou presque, je les fais de mon Smartphone et la plupart du temps en utilisant des applications mobiles : inscriptions aux réseaux sociaux, chat, envoi et réception de mails, prise rapide de notes, etc. Au point où, quand je retourne enfin vers la version pour ordinateur du réseau social, j’ai du mal à me retrouver dans l’interface. J’ai de plus en plus le sentiment que, très bientôt, même nos ordinateurs portables deviendront obsolètes, laissant la voie aux tablettes, phablettes et smartphones.

Un vent de miniaturisation souffle

De nos jours, les appareils en général ont tendance à être réduits dans leurs dimensions, tout en essayant de garder leurs performances, ou même de les améliorer. C’est ainsi qu’il y a quelques années, le monde est passé des écrans à tubes cathodiques aux écrans plats, autant pour les ordinateurs de bureau que pour les téléviseurs. Dans la même lancée, les ordinateurs de bureaux ont lentement été remplacés par les ordinateurs portables, plus fins et plus autonomes – pas besoin d’être connecté au secteur pour l’utiliser. Même dans l’univers de la téléphonie, on se rend compte que les téléphones portables dernier cri sont de moins en moins épais (jusqu’à 5,5 mm d’épaisseur pour certains !). Et les constructeurs n’ont pas dit leur dernier mot.

Qui règne par l’épée…

Avec le coup d’État réussi que les laptops ont planifié contre les desktops, on ne devrait pas être surpris que ceux-ci soient à leur tour remplacés par plus léger, plus autonome et plus fin qu’eux. Et les notebooks ou ultraportables virent le jour. Ce sont des variétés de laptops, mais en plus amélioré car dotés de technologies comme les écrans tactiles permettant d’utiliser le doigt ou bien un stylet pour naviguer, et la possibilité pour certains modèles de détacher l’écran du clavier. Cependant, la transition n’a pas pu se faire à cause de l’autonomie boiteuse des notebooks, à peine supérieure à celle des laptops qu’ils comptaient supplanter. En plus, en termes de performance (vitesse de processeur, taille de la mémoire RAM, capacité du disque dur), les notebooks se faisaient aisément distancer par les laptops. Et pour couronner le tout, ces bijoux se vendaient extrêmement cher (jusqu’à 1.500 € pour certains modèles !).

L’arme de destruction massive : le Smartphone

Pendant que les deux premiers voleurs se battaient farouchement pour l’âne, le troisième larron aiguisait ses armes en douce. Les téléphones portables, puisqu’il s’agit d’eux, ont commencé par se doter d’intelligence. C’était désormais des Smartphones (téléphones intelligents). Eux aussi se sont mis au régime pour perdre en épaisseur, tout en faisant assez de musculation pour développer leur gabarit. Et avant que les autres aient le temps de s’en rendre compte, les Smartphones avaient muté en quelque chose d’imbattable : ils savaient parler, écouter, lire aussi bien du texte que tous les formats audio et vidéo, faire des photos et des vidéos d’excellente qualité, saisir du texte, envoyer des mails, s’orienter… Ce que leurs adversaires ne faisaient, ou bien faisaient moins bien qu’eux. De plus, ils permettaient de passer des coups de fils et d’envoyer SMS et MMS. Enfin, ils étaient légers, beaux, juste assez gros pour qu’on les sente dans la creux de la main, capables de tenir dans une poche. Même en terme de puissance, certains Smartphones distancent facilement certains laptops : on en a qui ont des processeurs à huit cœurs (Samsung Galaxy S4), avec des mémoires RAM allant jusqu’à 3 Go (LG G3), et des mémoires internes avoisinant les 128 Go extensibles via carte microSD… C’était le coup de grâce ! Deux adversaires éliminés d’un seul coup.

Les OS (Operating System) et les applications

Par la suite, ces nouveaux souverains ont commencé à dicter leur loi. Et les geeks les ont mises en application – en créant des applications (. Des systèmes d’exploitation pour téléphones mobiles on vu le jour (iOS, Android, Windows Phone, Symbian, Blackberry OS, Tizen) et leur création a été suivie de près par la naissance des applications, un peu l’équivalent des logiciels dans nos ordinateurs. Désormais, on pouvait pratiquement tout faire avec son téléphone, avec une aisance jusque-là inégalée. L’ordinateur (portable ou pas), c’est de l’histoire ancienne, c’est pour les grands-mères au village.

Responsive or adaptative design

A cause de l’utilisation de plus en plus récurrente des Smartphones pour naviguer sur internet, il a également fallu adapter le net au Smartphone. Les geeks parlent du responsive design ou encore de l’adaptative design. Il s’agit de la possibilité que le CSS3 donne à un site internet de s’adapter à l’appareil qui l’affiche en tenant compte généralement de la résolution et des dimensions de l’écran ainsi que de son orientation (portrait ou paysage). Vu que le pixel de l’écran du téléphone est plus petit que le pixel de l’écran d’ordinateur, un site n’a pas forcément besoin d’être responsive pour bien s’afficher a l’écran d’un Smartphone. C’est dire si cette technologie était indispensable. Néanmoins, la navigation avec le responsive design est plus agréable. Une fois de plus, c’est la tendance à tout miniaturiser qui l’emporte. Il n’est pas rare, d’ailleurs, que la version mobile d’un site soit accompagnée d’une application mobile comme c’est le cas pour les réseaux sociaux.

Le combat des titans

Actuellement, la place du Smartphone est menacée par un autre mutant en la personne de la phablette, une sorte d’hybride à cheval entre le Smartphone et la tablette. La tablette, dopée aux stéroides, ne sied pas à tous, du fait de sa trop grande taille (à partir de 7″ de diagonale), tandis que la phablette tourne autour de 6″, offrant une meilleure expérience utilisateur – petits doigts, s’abstenir…

Si l’ordinateur portable garde sa place dans les bureaux et les domiciles, c’est en grande partie du fait des facilités qu’il offre pour faire des saisies. On peut aussi noter que certains logiciels spécialisés (infographie, cartographie, dessin, etc) ne peuvent pas être utilisés sur les Smartphones. Cependant, il est évident que le Smartphone a remplacé l’ordinateur chez la majorité de personnes.

1 commentaire sur “Les ordinateurs portables, bientôt obsolètes?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *